index

pro resiste (belgium)

<< back

Reviewed by Raimondo Piras (Courtesy de Gilles Arend)

Sous le suggestif patronyme de Periferia Del Mondo se cache une nouvelle entité progressive romaine qui compte dans ses rangs deux musiciens de l’excellent Nodo Gordiano, à savoir Alessandro Papotto, voix et instruments à vent, et Tony Zito, batterie.
Au sein des compositions du groupe, chantées alternativement, et assez bien, en italien et en anglais, on peut distinguer deux styles différents, car si certains morceaux suivent les traces des formations italiennes des seventies, d’autres s’orientent plutôt vers un rock très typées seventies cherchant les arrangements raffinés mais ne tombant jamais dans le commercial.
Naturellement, les morceaux qui nos intéressent le plus sont les plus ambitieux (et longs), ceux-ci nous offrent un bon progressif typiquement italien des débuts des années ’70, avec quelques petites influences psyché dans les parties de guitare et une certaine influence Area dans certaines parties vocales. Des claviers aux sonorités parfois spatiales s’entrelacent avec les saxos et les partitions de la guitare, la flûte n’intervenant que rarement. La guitare sonne parfois assez psyché, surtout dans les moments où elle semble saturée, voire même dans certains solos. La structure même de ces morceaux ne laisse aucune doute, les cinq musiciens ont beaucoup écouté le bon vieux progressif italien, (Francesco Di Giacomo et Rodolfo Maltese de Banco participent même au premier morceau), et ne font rien pour cacher ça, si bien qu’on pourrait croire que le disque date de ’73 sans qu’il ait à souffrir d’une comparaison avec les formations de l’époque.
Les morceaux plus directs (les plus anciens au niveau de la composition) m’intéressent un peu moins, bien qu’ils soient loin d’être mauvais, au contraire, c’est simplement que je préfère des structures rythmiques plus compliquées et des arrangements encore plus recherchés.
Un bon premier essai qui manque hélas encore un peu d’homogénéité et de ce petit quelque chose en plus qui pourrait pousser Periferia Del Mondo parmi les fleurons de la scène progressive italienne actuelle.

Raimondo Piras